ACTUALITÉ
 

Nouvelle route du littoral à l’île de la Réunion

publié le 22 juin 2014 (modifié le 23 juin 2014)

En ce mois de juin le projet de la Nouvelle Route du Littoral à la Réunion, dont Egis est le maître d’œuvre, entre véritablement en phase de chantier.

Après la pose symbolique du premier accropode en décembre dernier par le président de la Région Réunion, maître d’ouvrage, et le démarrage des tout premiers travaux préparatoires, le projet entre maintenant en phase de chantier.

Accropode_pose_480x172_cle7af713.jpg
Accropode_pose_480x172_cle7af713.jpg
Pose du premier accropode - © Région Réunion (DP-131220)

 

Ce lien routier de 12,5 km, combinaison de digues et viaducs en mer sur l’Océan Indien, va constituer un itinéraire privilégié, situé à une centaine de mètres de la falaise instable qui provoque régulièrement des chutes de pierres causant de nombreux accidents sur la route actuelle. Il s’agit d’un projet déterminant pour la sécurité des usagers (60 000 véhicules/jour) et pour le développement économique de l’île.

Reunion-litto_05_480x250_cle5bc21b.jpg
Reunion-litto_05_480x250_cle5bc21b.jpg
Vue 3D (© DR)

 

Ce chantier exceptionnel se compose de 2 digues (1 km et 5,7 km) et d’un viaduc de 5,3 km. Les profondeurs d’eau varient entre 5 et 11 m dans une zone très exposée aux houles cycloniques centennales. La route (29 m sur viaduc et 35 m sur digues) accueillera la circulation de véhicules légers, poids lourds et bus ainsi que les modes doux. Une réservation d’emprise pour un futur transport en commun en site propre (TCSP) et une voie cyclable sécurisée est prévue.

Le calendrier des travaux

  • 2013-2014 : fin des procédures réglementaires et administratives, travaux préparatoires d’accès de chantier (bretelle provisoire RD41-RN1 direction sud côté Possession), travaux préparatoires d’accès de chantier (piste de chantier parallèle à la RN1 de l’échangeur du Port Est à l’entrée de la route littorale / reconfiguration de l’échangeur de la Grande Chaloupe) ;
  • courant 2014  : travaux préparatoires d’accès de chantier (aménagement d’un carrefour giratoire entrée ouest de Saint-Denis, construction du Viaduc de 5400m avec préparation et mobilisation des installations de chantiers) ;
  • 2015 : réalisation de l’échangeur de La Possession, construction des 4 premiers tronçons de la digue (préparation et mobilisation des installations de chantiers), construction du viaduc de la Grande Chaloupe ;
  • 2018 : achèvement des travaux.

Les entreprises attributaires

  • GTOI / SBTPC / VINCI CONSTRUCTION réalisent l’échangeur de La Possession. Le chantier du futur échangeur consiste en la création d’une digue de 400m dans une zone peu profonde ne nécessitant pas de moyens maritimes importants et de trois ponts (un à trois travées et deux à une travée) ;
  • VINCI CONSTRUCTION / BOUYGUES TRAVAUX PUBLICS / DODIN CAMPENON BERNARD / DEMATHIEU BARD CONSTRUCTION construisent le viaduc de 5400 m. Ce viaduc est situé entre Saint-Denis et La Grande Chaloupe. Sa largeur est de 28,90 m. La travée courante est de 120 m. Ce sera le plus important viaduc en mer de France. Le tablier est un mono-caisson en béton précontraint de hauteur variable. Il repose sur 48 piles en mer et deux culées en extrémités à la jonction avec la digue ;
  • EIFFAGE TP / RAZEL BEC / SAIPEM / NGE CONTRACTING / GUINTOLI construisent le viaduc de La Grande Chaloupe. Le chantier consiste en la construction du pont de 240m au niveau du site de la Grande Chaloupe et ne nécessite pas de moyens maritimes particuliers. Ce pont est une structure en béton à 4 travées continues. Le tablier est constitué d’un mono-caisson en béton précontraint de hauteur constante de 3,45 mètres. Il repose sur trois piles en mer, fondées sur semelles, et sur deux culées en extrémités à la jonction avec la digue, fondées sur pieux ;
  • GTOI / SBTPC / VINCI CONSTRUCTION créent les 4 premiers tronçons de la digue (phase 1 = 3600 m). La digue est une structure en remblais à talus, surmontée d’un mur chasse mer. Elle est protégée par des couches d’enrochements recouvertes par une carapace de blocs béton.

Le financement

Après les accords de Matignon signés en 2010 et garantissant les 1,66 milliard d’euros de financement, les engagements suivants ont été pris :

  • Subvention État : des arrêtés de subvention État et une convention AFITF (219,24 M€) ont été signés 29 mars 2012, pour un montant total de 242 M€ (première tranche prévue protocole) ;
  • Subvention Europe : le dossier grand projet pour l’obtention des financements européens a été agréé le 22 mai 2013 par la Commission Européenne pour un montant de subvention maximal de 80 M€ (FEDER) au titre du POE FEDER 2007-2013 dont 51 M€ engagés à ce jour ;
  • Prêt CDC : la Région et la CDC signent deux contrats de prêts représentant un montant total de 622 millions d’euros pour couvrir les besoins en financement du projet ;
  • Un prêt d’un montant de 450 millions d’euros, en déclinaison du protocole de Matignon signé le14 octobre 2010 ;
  • Un prêt d’un montant de 172 millions d’euros, au titre de l’enveloppe exceptionnelle de prêts sur fonds d’épargne d’un montant de 20 milliards d’euros sur la période 2013-2017 (Prêt Secteur Public Local) destinée à financer sur le long terme les projets du secteur public local.

Voir aussi :