Pilote de tunnelier

publié le 13 novembre 2007 (modifié le 7 décembre 2007)

 

531-kic4aoq1ufu_cle27824d.jpg
531-kic4aoq1ufu_cle27824d.jpg
Le pilote de tunnelier à son poste de commande (photo Socatop)
532-udndjr9u3eu_cle2688ed.jpg
532-udndjr9u3eu_cle2688ed.jpg
Le poste pilotage (photo Socatop)

 

Au cœur du tunnelier, usine mobile de plus de 200 m de long pour 10 m de diamètre, se trouve le pilote, garant de la trajectoire du tunnelier et de l’avancement du tunnel. Face à ses écrans, il effectue un contrôle permanent de la progression du travail. La cabine de pilotage, autrement dit la tour de contrôle, permet de régler la machine et de suivre le tracé prévu. Le pilote de tunnelier travaille conjointement avec une équipe d’électriciens, d’automaticiens, de mécaniciens hydrauliciens et de topographes et se doit d’être à l’écoute, non seulement de tous les opérateurs, mais aussi des personnes en surface. Il doit savoir apprécier plusieurs paramètres en mécanique et en génie civil et tenir compte de la nature géologique du terrain.

Ce poste est un poste-clé sur les chantiers de tunnel, c’est pourquoi le pilote doit savoir gérer un certain stress, cerner les incidents ou les pannes sur le tunnelier. Il est au centre de la communication du tunnelier et doit savoir recevoir et transmettre les bonnes informations au bon intervenant. Bref, il est de son ressort de trouver le compromis idéal entre la machine, les gens et le terrain à creuser. Le pilote de tunnelier peut, à terme, occuper un poste d’adjoint conducteur de travaux.

Pour devenir pilote de tunnelier :

  • BAC Electro-technique avec expérience sur le terrain
  • sur des postes en tunnel comme conducteur d’érecteur ;
  • BAC +2 DUT Génie Civil, BTS Electro-technique ou équivalent.