Ponts du XVII et XVIIIes siècles, Ile-de-France et Centre

publié le 27 novembre 2007 (modifié le 12 novembre 2008)

 

Les ponts en maçonnerie de l’époque classique (XVII -XVIIIes siècles). Ile-de-France et Centre

Les ponts en maçonnerie de l’Ile-de-France et du Centre de la France à l’époque classique (XVII et XVIIIes siècles).

  • À la fin du XVIIe siècle l’architecture des ponts se simplifie et se rationalise. Le profil en long est quasi plat, le roulage ne s’accommodant pas de fortes déclivités ; il est souligné par une plinthe en cordon.
  • Les voûtes sont en plein cintre, en arc segmentaire peu surbaissé, ou en anse de panier. Les piles sont toujours égales au quart ou au cinquième de l’ouverture. Le pont le plus réussi de l’époque est le Pont-Royal à Paris. Il servira de modèle jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.
  • Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les ponts de l’Ile-de-France et du Centre reflètent les idées de Perronet : piles minces et voûtes plates. Le pont de Neuilly, démoli en 1932, est la première application de ces idées, suivi par le pont de la Concorde à Paris. Le pont de Nemours (1804) en est l’expression ultime.
Le pont de la Concorde (1794), élargi en 1929
Le pont de la Concorde (1794), élargi en 1929
(© Marcel Prade)
Le pont de Nemours
Le pont de Nemours
(© Marcel Prade)