Ports de pêche

publié le 17 octobre 2007 (modifié le 25 juin 2008)

 

Des ports de pêche, à gauche port de Lorient, à droite port de Boulogne-sur-mer
Des ports de pêche, à gauche port de Lorient, à droite port de Boulogne-sur-mer
(droits réservés)

Les digues qui protègent les ports exclusivement affectés à la pêche sont comparables à celles qui abritent les ports de commerce, mais, le tirant d’eau des navires de pêche n’excédant pas 5 m, elles sont établies par des profondeurs plus faibles que celles des ports de commerce (lesquels accueillent des navires de grandes dimensions).

Afin d’assurer une bonne tenue des navires accostés pour permettre d’en débarquer la cargaison, l’agitation des plans d’eau intérieurs du port ne doit pas excéder 50cm, compte tenu de ce que la longueur des navires de pêche ne dépasse pas 50 m.

Selon l’importance de la marée, les ouvrages d’accostage sont implantés dans des bassins à flot (marnage > 4 m) ou dans des bassins de marée (marnage > 4 m).

Les ouvrages d’accostage des bateaux de pêche ont une conception comparable à celle des ouvrages des ports de commerce, mais compte tenu de la taille limitée des navires de pêche, ils sont fondés par des profondeurs n’excédant pas 5 à 6 m sous le niveau de la plus basse mer.