Postension

 

Le béton précontraint par câbles dit par "postension".

Le développement de la technique de précontrainte du béton par câble est née avec le deuxième brevet de Freyssinet. Il s’est confirmé dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Cette technique est parfois appelée « Postension » caractérisée par le fait que la tension se fait après le bétonnage et la prise du béton et non avant.

Son principe consiste à introduire dans le coffrage des armatures qui seront noyées dans le béton au moment du coulage. Les armatures dans cette phase sont maintenues isolées du béton par une gaine. Elles sont mises et bloquées en tension par des ancrages spécifiques dès que le béton a atteint la résistance nécessaire.

Les différentes phases de la réalisation d’un élément précontraint par postension sont les suivantes :

  • mise en place des armatures en acier doux à l’intérieur des coffrages,
  • fixation des armatures de précontrainte gainées au ferraillage,
  • bétonnage des éléments,
  • mise en tension des armatures de précontrainte dès que la résistance du béton le permet. La tension est réalisée grâce à des vérins adaptés s’appuyant sur des têtes d’ancrage spéciales qui assurent le blocage des armatures en position tendue,
  • injection du vide existant dans les gaines par un coulis de ciment qui assure la protection permanente des armatures de précontrainte ainsi que leur adhérence au béton.
Postension_01_cle0ed19f.jpg
Postension_01_cle0ed19f.jpg
Le ferraillage d’une poutre précontrainte avant mise en place dans son coffrage
Postension_02_480x317_cle659ff8.jpg
Postension_02_480x317_cle659ff8.jpg
Le même type de poutre après mise en tension
Postension_03_480x317_cle655d14.jpg
Postension_03_480x317_cle655d14.jpg
Un caisson d’ouvrage en encorbellement coulé par équipage mobile

La postension ainsi décrite concerne la majorité des ouvrages coulés en place (pont à poutre ou nervure, pont dalles, pont en encorbellement construits avec des échafaudages mobiles, réservoirs, cuve de stockage de GNL ou enceintes de confinement des centrales nucléaire, etc...).

Postension_04_480x317_cle63377a.jpg
Postension_04_480x317_cle63377a.jpg
Vue intérieure d’un pont construit en encorbellement avec des caissons avec précontrainte extérieure

Dès les années 1960, une variante de la postension est apparue. Elle consiste à placer les armatures à l’extérieur du béton sur lequel elles s’appuient localement. Cette technique est particulièrement appréciée pour les constructions de ponts en encorbellement. Elle facilite aussi la précontrainte et l’assemblage d’éléments préfabriqués faisant appel à la préfabrication foraine. On peut ainsi associer l’intérêt de la préfabrication d’éléments allégés du fait de l’absence des gaines intérieures souvent jugées trop encombrantes et celui d’une précontrainte qui reste accessible et contrôlable pendant toute la vie de l’ouvrage. La postcontrainte extérieure est intéressante aussi dans le cas de renforcement ou de réparation d’ouvrages.