Postes pour passagers

publié le 17 octobre 2007

 

Postes pour passagers : de véritables gares maritimes

Postes passagers : intérieur de la gare maritime de Cherbourg et un paquebot accostant à Cherbourg
Postes passagers : intérieur de la gare maritime de Cherbourg et un paquebot accostant à Cherbourg
(droits réservés)

Pendant la première moitié du XXe siècle, l’accueil des paquebots qui effectuaient des voyages lointains, était le fleuron des ports têtes de ligne : l’implantation des postes de réception des navires privilégiait la facilité de l’accès nautique. Les gares maritimes implantées sur les quais permettaient le transfert rapide des passagers entre le navire et le train, en cherchant à leur offrir un certain confort.

Ainsi, le port de Cherbourg a été, pendant la 1re moitié du XXe siècle, une importante tête de ligne des liaisons par paquebot entre la France et l’Amérique du Nord : il a accueilli les plus grandes unités qui desservaient ces lignes (tels les paquebots "Queen Elisabeth" et "Queen Mary" de l’armateur CUNARD).

La gare maritime permettait l’arrivée du chemin de fer à proximité immédiate du paquebot dans un hall couvert, les passerelles d’accès aux navires étaient couvertes, permettant ainsi aux passagers de passer du train au navire à l’abri des intempéries.

La manutention des bagages s’effectuait essentiellement à la main.

Navire rapide et poste pour navires de type "car-ferries"
Navire rapide et poste pour navires de type "car-ferries"
(droits réservés)

Aujourd’hui, les transports de passagers sont effectués :

  • d’une part, par des navires de croisière,
  • d’autre part, par des navires rouliers, "car-ferries", permettant aux passagers d’être accompagnés de leur voiture, sur des liaisons maritimes relativement courtes (< 700 miles nautiques) : ces navires ont moins de 180 m de longueur, de 6 à 8 m de tirant d’eau et transportant jusqu’ à 1500 personnes et 800 véhicules automobiles.

L’implantation des postes est faite en recherchant la rapidité de l’accès nautique et une surface suffisante pour le stationnement des véhicules à embarquer ainsi qu’un dégagement facile des véhicules débarqués. Les postes sont comparables à ceux accueillants des rouliers ne transportant que des marchandises.