Présentation du projet

publié le 5 octobre 2007 (modifié le 3 septembre 2009)

 


Tracé de la route des Tamarins à l'&Icircle de la Réunion
Tracé de la route des Tamarins à l’&Icircle de la Réunion
© droits réservés

C’est dans un environnement en site montagneux très escarpé d’origine volcanique que se déroule le tracé de la route des Tamarins sur la côte Ouest de l’Île de la Réunion. Cette route tire son nom de l’arbuste Tamarin (Tamarindus Indica) qui a été choisi pour la border tout au long de son tracé car c’est l’un des arbres les plus rustiques et caractéristiques de la côte Ouest de l’île.

Cette Route des Tamarins à 2x2 voies est destinée à relier par l’ouest Saint-Paul, capitale de l’île au nord, à toute la partie sud de l’île, par le port et l’Étang-Salé, au dessus des falaises dominant la route côtière, souvent coupée par des éboulements et dangereuse en période cyclonique. Elle servira aussi à ouvrir de nouveaux espaces à l’urbanisation pour répondre à la croissance démographique de l’île.

Ce projet techniquement considérable est la plus importante infrastructure routière jamais réalisée à la Réunion (33,7 km de tracé, 120 ouvrages d’art dont 4 viaducs monumentaux et 23 ponts non courants, 9 échangeurs routiers). Sa mise en service est prévue pour 2009.

En 2007, il s’agissait du plus gros chantier routier français et l’un des plus importants à l’échelle européenne.

La Route des Tamarins s’inscrit dans des environnements topologique, géologique, climatologique et hydrologiques complexes générant des contraintes très fortes tout au long de sa phase de conception et dans ses modalités de réalisation en raison de l’hétérogénéité et des incertitudes du terrain.

Le projet a été entièrement conçu dans un esprit de développement durable, l’objectif étant de respecter au mieux les problématiques botaniques, hydrologiques et paysagères.

Pour les besoins du projet, les entreprises ont mené une campagne soutenue d’embauche et de formation du tissu local (plus de 70% de l’effectif total du chantier est d’origine insulaire).

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter :