Protection des eaux

publié le 20 novembre 2007 (modifié le 25 mars 2008)

 

Retenue de Méry-sur-Oise
Retenue de Méry-sur-Oise
(droits réservés)

1) Les cours d’eau
La vulnérabilité des cours d’eau à la pollution conduit à prendre des précautions quant aux méthodes d’exécution des travaux et aux rejets.

Principaux risques ou nuisances :

  • production massive de matières en suspension par
  • brassage de matériaux, érosion des talus ;
  • perturbation des petits écoulements permanents ;
  • consommation d’eau importante pour les traitements par humidification, l’arrosage des pistes...

Pour éviter ces nuisances :

  • éviter si possible, en fonction du planning, les travaux de terrassement en période pluvieuse ;
  • mettre en place un système d’assainissement provisoire avant le début des terrassements :
    • pas de rejet direct dans les cours d’eau,
    • protéger les terrassements contre l’érosion : fossés de collecte provisoires ou définitifs en tête de déblais et en pied de remblais,
    • mettre en place un drainage provisoire des dépôts non végétalisés,
    • mise en place de bassins de décantation provisoire ;
    • la qualité des rejets est contrôlée (teneur des matières en suspension),
    • gérer au mieux la consommation d’eau afin d’éviter tout gaspillage inutile (prélèvements dans les bassins de décantation provisoire).

2) Zones de captage d’alimentation en eau potable
Les zones de captage d’eau potable sont susceptibles d’être polluées en cas d’accident.

Pour éviter ces nuisances :

  • mettre en place une signalisation spécifique visant à interdire tout type de rejet dans l’aire du périmètre de protection du captage ;
  • le stationnement et l’entretien des engins de chantier se font en dehors des périmètres de protection des captages ;
  • mettre en place des fossés étanches provisoires pour l’évacuation des eaux de ruissellement en dehors du périmètre ;
  • prévoir des systèmes de récupération des produits polluants en cas d’accident (kit antipollution).