Quarante ans de progrès

publié le 12 novembre 2007

 

Les progrès décisifs des quarante dernières années

Le sujet est beaucoup plus vaste qu’il n’en a l’air et il s’est considérablement étendu au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

En effet quelqu’un qui a commencé à travailler dans les années 60 est passé pratiquement du XIVe siècle au XXIe siècle au cours de sa vie professionnelle.
La durée de travail hebdomadaire est passée de 70 heures de travail à 35 aujourd’hui, la puissance installée sur un chantier est passée des quelques chevaux d’un treuil à embrayage à courroie (et de la force humaine démultipliée par les palans, les pinces à talon et autre tourne à gauche) à plusieurs milliers de chevaux pour les hydrofraises, l’art du sondeur a été peu à peu remplacé par la conduite assistée par ordinateur et même parfois par des pilotes automatiques...

Evolution des machines (voir explications ci-dessous)
Evolution des machines (voir explications ci-dessous)
(Droits réservés)

Illustration (ci-dessus) : La puissance des machines de travaux publics n’a que peu évolué de l’antiquité à la première moitié du 20ème siècle. Mais elle a été multipliée par plus de cent depuis 1950.
Le premier dessin à gauche (<1800) est une planche extraite de l’Encyclopédie de Diderot décrivant une machine héritée des Romains.
Le deuxième (1956), est extrait d’un cours d’ingénieur qui a exercé son métier jusqu’à aujourd’hui. Le troisième (1962) montre l’apparition d’un petit moteur.
La quatrième (1980) montre une des dernières machines utilisées pour les fondations profondes et dont la puissance peut atteindre 2 000 chevaux.