Le XIXe siècle

publié le 20 novembre 2007 (modifié le 28 février 2008)
Les machines de forage, grâce à de petites machines à vapeur améliorèrent leurs performances. Ici, il s'agit des forages qui exploitèrent le gisement de Oil-Creek en Pennsylvanie, un des premiers à être exploité aux Etats-Unis.
Les machines de forage, grâce à de petites machines à vapeur améliorèrent leurs performances. Ici, il s’agit des forages qui exploitèrent le gisement de Oil-Creek en Pennsylvanie, un des premiers à être exploité aux Etats-Unis.
(droits réservés)

Du XIXe au milieu du XXe , les grands changements : la vapeur

Ce siècle est, avant tout, celui qui introduisit une nouvelle source d’énergie découverte en 1765 par James Watt : la vapeur. Après la force humaine puis animale plus ou moins démultipliée, après la force du vent ou de l’eau malheureusement trop localisée, apparut la possibilité de disposer d’une énergie considérable en tous lieux.
C’est un saut technologique qui introduit une solution de continuité dans l’histoire de l’industrie des hommes.

Dans notre domaine l’homme procédait depuis des temps immémoriaux à des forages pour trouver de l’eau. Au XIXe on utilisait des sondages pour trouver des sources artésiennes. Enfin ces forages furent utilisés pour trouver du pétrole (Oil-Creek en Pennsylvanie) aux Etats-Unis et du charbon un peu partout.
Par exemple, en France, pour reconnaître le bassin houiller de la Moselle, les industriels (Wendel, Pougnet), privés par les traités de 1815 de l’accès facile au charbon de la Sarre, firent faire plus de cinquante forages d’une profondeur dépassant quelquefois cinq cents mètres.
Moins de la moitié de ces forages aboutit mais ce fut Napoléon III, lui-même, qui annonça en 1858 à la France et au monde la découverte du bassin houiller de la Moselle dans le prolongement de celui de la Sarre. Les machines de sondage étaient munies d’une petite machine à vapeur et chaque sondage était une aventure. Cependant les principes de forage et les outils ont perduré pendant plus d’un siècle.