Pont de Cravant

publié le 27 mai 2010

À Cravant, le pont donnant passage au Grand Chemin de Paris à Lyon, pour franchir l’Yonne, menaçait ruine depuis 1690. Il s’agissait alors d’un ouvrage composé de 9 arches en plein cintre de 26 à 30 pieds d’ouverture.

Projet de Frère Romain pour les réparations du pont de Cravant (1716)
Projet de Frère Romain pour les réparations du pont de Cravant (1716)
Archives nationales

 

Dépendant de la Généralité de Dijon, l’entretien de ce pont était financé pour 2/3 par les États de Bourgogne, et pour le 1/3 restant sur les fonds de la Généralité de Paris. C’est donc à ce titre que frère Romain présente le plan et élévation de l’ouvrage Comme on propose de les rétablire ce qui est en rouge est l’ouvrage à faire ce que 26e d’Octobre 1716, vues du côté d’aval.

Malgrè cette intervention l’ouvrage s’écroule totalement en 1730. Dans un premier temps les habitants de Cravant ne furent pas mécontents, car la route ancienne traversait le bourg sur toute sa longueur avec une pente importante, et y provoquait des dégradations rendant la traverse presqu’impraticable. l’effondrement du pont obligea donc les rouliers à passer ailleurs.

Mais finalement, devant cette situation préjudiciable au commerce local les habitants changent d’avis, et, demandent alors instamment la reconstruction de l’ouvrage.

C’est alors sur la base d’un projet établi par le Premier Ingénieur Jean Hupeau, que les travaux de construction d’un nouveau pont commencent en 1756, sous la direction de l’ingénieur Adviné et de l’ingénieur élève Gauthey. Le nouveau pont reconstruit est composé de trois arches en anse de panier surbaissées au 1/3, de 18 à 20 m d’ouverture.

Mis en service en 1760, c’est cet ouvrage qui donne encore aujourd’hui passage à la RN6.

Pont de Cravant (état actuel)
Pont de Cravant (état actuel)
© DDE Yonne (89)