1964 : Les temples d’Abou Simbel sauvés des eaux

publié le 16 octobre 2017 (modifié le 25 octobre 2017)

Dans les années 1960, alors que le président égyptien Nasser fait construire le haut barrage d’Assouan sur le Nil, l’UNESCO entreprend de sauver le temple d’Abou Simbel de la montée des eaux du lac Nasser.

Le sauvetage des temples d’Abou Simbel représente pour l’archéologie la mise en place de mesures décrétées par l’UNESCO et qui a fait reconnaître à plusieurs pays l’importance de préserver le patrimoine mondial.

Le principal temple, situé à l’origine sur les collines sacrées de Méha et d’Ibshek, a été démonté entièrement et reconstruit plus haut, au bord du lac, sur une colline artificielle à l’abri de la montée des eaux.

L’égyptologue française Christiane Desroches Noblecourt a beaucoup œuvré pour le sauvetage de ces temples. Par ailleurs, Jean Bourgoin, ingénieur, a été le chef de projet pour l’Unesco, de cette mission de sauvetage.