Reconstruction du pont de Gênes

publié le 15 août 2019 (modifié le 21 août 2019)

Le démantèlement de l’ancien pont est en voie d’achèvement et la reconstruction a commencé.

La réalisation des fondations a été entamée dès mars 2019, La coulée de béton pour les premières fondations s’en est suivie fin juin, en parallèle du démantèlement de l’ancien édifice. Le 17 juillet 2019, les travaux de la première pile ont été lancés. Depuis, plusieurs piliers sont en cours de construction et plusieurs travées commencent à être assemblées non loin de là. Les convois apportant les énormes pièces d’acier se succèdent. Les ouvriers se relaient jour et nuit pour que le chantier avance le plus rapidement possible. Au plus fort de son activité, le projet devrait employer un millier de personnes.

L’entreprise chargée de mener la reconstruction est le consortium “PerGenova” (“Pour Gênes”), alliance du premier groupe italien de BTP Salini Impreglio et de la filiale ingénierie du groupe naval Fincantieri. Des solutions techniques simples ont été privilégiées pour permettre une reconstruction rapide.

Le projet de nouveau pont a été confié à l’architecte Renzo Piano, originaire de Gênes, créateur du Centre Pompidou parisien et du nouveau Palais de justice de Paris. Ce nouvel ouvrage, que son architecte qualifie de “sobre”, sera doté d’un tablier métallique continu d’une longueur totale de 1067 mètres, avec 19 travées en acier-béton. Il sera supporté par 18 piliers en béton armé. “La forme du pont rappellera la coque d’un navire” et “l’utilisation d’une couleur claire pour la peinture des éléments en acier rendra le pont lumineux et harmonisera sa présence dans le paysage”, promettent ses concepteurs. Le nouveau pont pourra-t-il être livré en 2020 comme le disent certains ?

Pour en savoir plus :