Planete TP

Un viaduc routier innovant sur le Lot

publié le 8 juin 2020

Derrière cette expression « double action mixte » se cache en réalité une astuce de construction. A partir du bi-poutre mixte français classique, une deuxième dalle est ajoutée en partie inférieure et elle est connectée aux semelles inférieures des poutres principales. Cette dalle permet de former un contreventement inférieur et de participer en compression à la reprise des efforts sur les appuis. Ce type de structure est de plus en plus utilisé pour des portées de 40 à 120 m. Il a déjà été mis en œuvre à l’étranger mais aussi en France pour des ponts ferroviaires du TGV et remplace le contreventement métallique inférieur classique. C’est une innovation qui répond aux enjeux de sécurité et de durabilité des ouvrages d’art.

Cette solution proposée dans le cadre de la construction du viaduc du Lot à Mende pour contourner le centre-ville, permet d’augmenter la robustesse de l’ouvrage sans accroître son coût de construction. Cet ouvrage de 323 m de long possède six piles et deux culées. Son tablier est formé de cinq travées entre piles (une de 53 m de long, une de 75 m et trois de 45 m).

Le marché de travaux a été remporté par le groupement GTM/Eiffage Metal (GTM pour le génie civil et Eiffage Métal pour la charpente métallique). Le coût du viaduc devrait s’élever à 8,6 millions d’euros pour un coût global de la rocade estimé à 25 millions (montants hors taxes) cofinancé par l’État (50 %), la Région (19 %), le Département (19 %) et la ville de Mende (12 %).

Les travaux ont débuté en août 2018 et se termineront fin 2020. Entre 2020 et 2022, une deuxième phase de travaux permettra la construction de la voie routière entre les viaducs du Lot et de Rieucros (ce dernier devrait très bientôt entrer en chantier). La mise en service après la finalisation de la rocade est prévue début 2023.

Pour en savoir plus :