À la renaissance

publié le 15 novembre 2007 (modifié le 21 février 2009)

À la Renaissance, des améliorations techniques apparaissent

Canal du Midi : sorties Est et Ouest du tunnel de Malpas
Canal du Midi : sorties Est et Ouest du tunnel de Malpas
(© Peter Gerber Structurae).

À partir de la Renaissance, des améliorations techniques déterminantes apparaissent :

 

  • pour creuser en profondeur, il fallait être capable de pomper les eaux qui envahissaient souvent les galeries de mine et les ouvrages souterrains. Les pompes à piston avaient bien été inventées par un grec, Ctesibos d’Alexandrie, en - 270 avant. J. C., mais ce n’est qu’au XVème siècle, après qu’elles aient été perfectionnées, qu’elles ont pu être utilisées dans les travaux de mines.
  • l’utilisation de la poudre explosive était connue en Occident depuis le Moyen-âge. C’était la "poudre noire", mélange de soufre, de charbon de bois et de salpêtre (nitrate de potassium). Mais, pour briser les roches, on ne pouvait utiliser l’explosif que si l’on était capable de déclencher une explosion en toute sécurité. Ceci n’a pu se faire qu’avec la mise au point de la "mèche lente". L’emploi de la poudre dans les mines date en conséquence de 1613.
  • on ne disposait toujours pas à la fin de la Renaissance, ni d’ailleurs jusque vers 1790, de moyen mécanique pour forer les trous de mines destinés à recevoir la poudre explosive. Il fallait creuser ces trous à la main, en frappant avec des maillets sur une "barre à mine", lourde barre métallique.
  • on ne connaissait pas les calculs mathématiques, permettant d’estimer, à partir de mesures physiques faites sur place ou en laboratoire, les poussées exercées par les terrains et d’apprécier les risques d’effondrement. Ces progrès n’apparaîtront qu’à l’époque moderne, à partir de la fin du XVIIIème siècle.

Un ouvrage remarquable de cette époque est le tunnel de Malpas.

De cette époque encore, date le grand égoût circulaire de Paris, long de 6128 m et haut de 2 m. Il a été achevé en 1740

Visitez...