Suivi du planning et des comptes

publié le 5 novembre 2008 (modifié le 18 mars 2009)

 

Même si l’essentiel est du ressort des équipes en charge des travaux sur le terrain, un suivi est indispensable pour prévenir et traiter les dérapages.

 

 

Ce suivi s’opère de 2 façons principales :

  • Le planning des opérations ;
  • Le suivi des comptes du chantier.

Le planning, établi de façon détaillée avant le début des travaux, a défini les opérations élémentaires, la durée de chacune et leurs enchainements.

Il a fait ressortir le chemin critique : l’enchainement de celles des opérations qui conditionnent le délai global du chantier.

Il permet de prévoir à l’avance, pour chaque opération, la mise en place des diverses équipes et des matériels ou engins nécessaires, ainsi que les commandes de matériaux.

Il permet aussi de prévoir le repli de ces équipes et des matériels, ainsi que, par conséquent, leurs possibilités ou besoins de réaffectation.

Sur un chantier, et tout particulièrement sur ceux de travaux publics, tout ne se déroule jamais parfaitement comme cela a été prévu : intempéries, ennuis de matériels, consistance des sols différente de celle prévue, dysfonctionnement d’équipes, etc.

Il faut donc en permanence réajuster le planning en fonction de la difficulté rencontrée, de ses causes, du moment où elle se produit, et de la durée éventuelle de la perturbation.

Cela peut entraîner une modification des enchainements d’opération, et, le plus souvent, une modification de l’affectation des équipes et du matériel, ainsi que des décalages dans la livraison prévue des matériaux.

Si les décalages dans le temps influent sur le chemin critique, donc sur le délai global, ou s’avèrent devoir être importants, il convient d’alerter à l’avance le maître d’œuvre et à travers lui le maître d’ouvrage.

Celui-ci pourra ainsi en tenir compte tant dans la mise en place des éléments destinés à l’exploitation que dans sa communication si l’ouvrage est sensible au plan de l’opinion publique.

La comptabilité est indispensable pour suivre au jour le jour les commandes et les dépenses, et leurs décalages par rapport aux prévisions.

Elle permet ainsi de suivre le résultat prévisionnel du chantier, de déclencher et de valoriser les demandes de versements d’acomptes, ainsi que, lorsque les décalages financiers semblent devoir devenir significatifs, la préparation de mémoires en réclamation auprès du maître d’ouvrage.

De ce fait, comme le planning, elle est suivie de très près par le responsable du chantier. Celui-ci sait en effet que, au sein de l’entreprise, il sera jugé beaucoup en fonction du résultat financier de l’opération, même si le maître d’ouvrage sera plus sensible au respect des délais et du coût global, et à la qualité de l’ouvrage.