ACTUALITÉS
 

Tokyo protégée des inondations par un "Parthénon" souterrain

publié le 8 octobre 2020 (modifié le 12 octobre 2020)

Un complexe souterrain en béton et aux dimensions titanesques protège la ville de Tokyo des inondations.

Étant donné que Tokyo, située dans les basses terres, est exposée aux inondations pendant les saisons des pluies et des typhons, il a été construit la plus grande installation de dérivation des eaux souterraines au monde. Elle est destinée à limiter les risques de catastrophe.

Pour agrandir l’illustration "cliquer" dessus

 
Le réservoir se trouve sous Kasukabe, une ville de la préfecture de Saitama qui se trouve à environ 32 kilomètres du centre de Tokyo. Le nom officiel du système de réservoir et de tunnel est le "canal souterrain de décharge de l’aire métropolitaine extérieure". Un canal souterrain en béton de 10 m de diamètre et 6,3 kilomètres de long situé à 50 mètres de profondeur. Ce tunnel souterrain comporte 5 silos de 30 m de diamètre et 70 m de profondeur dans lesquels se déversent l’eau. A une extrémité un silo débouche sur un réservoir géant.
Cette prouesse de l’ingénierie moderne a été construite de 1992 à 2006. Environ sept fois par an, le système détourne l’eau des fortes pluies pour éviter que les rues de Tokyo ne se transforment en torrents.

Lorsque de fortes précipitations causent des crues dans les cours d’eau, menaçant d’envahir les territoires en contrebas, l’eau se déverse et se répartit dans les cinq silos souterrains tous reliés par un canal souterrain. Une fois celui-ci rempli, l’eau s’accumule dans les silos. Arrivée à un certain niveau, l’eau du silo n°1 finit par se déverser dans le réservoir de délestage géant qui lui est directement relié : le fameux temple souterrain, le "Parthénon". Ce dernier est une immense structure longue comme deux terrains de football et soutenue par des piliers.

Le réservoir de délestage est un espace de 177 mètres de long, 78 mètres de large et 18 mètres de hauteur, soutenu par 59 piliers de béton dont chacun pèse près de 500 tonnes. En fait, cette immense réservoir souterrain ne représente qu’une petite partie du réseau souterrain de contrôle anti-inondation.