Un barrage en terre et enrochements

publié le 2 octobre 2007 (modifié le 4 août 2008)

 

Le tapis transporteur de liaison.
Le tapis transporteur de liaison.
Coll. EDF, photo Piccardy.

Pour construire le barrage de Grand’Maison, en terre et enrochement, il a fallu exploiter à proximité trois gîtes de terre et une carrière de roche puis les réhabiliter.

Construit en terre et enrochements, selon la même conception que les barrages du Mont-Cenis ou de Serre-Ponçon, le Barrage de Grand’Maison fait partie des Grands Barrages : selon la loi, ce sont des barrages qui mesurent plus de 20 mètres de hauteur et contiennent plus de 15 millions de m3 d’eau.

Il a fallu dix ans (de 1976 à 1987) pour construire un ouvrage de cette importance dans des conditions de qualité impliquant une logistique et une organisation rigoureuses.

Une grande attention a été portée au choix des matériaux contrôlés tout au long du chantier (humidité, taux de compactage) grâce à un laboratoire de chantier.

Étant donné le volume de l’ouvrage, trois gîtes de terre et une carrière de roches ont été exploités à proximité, ce qui a permis de réduire le coût des transports de matériaux en camions. Un tapis transporteur installé depuis le gîte de la Cochette a nécessité la construction d’un pont pour franchir le ravin.

À la fin du chantier, les carrières ont été réhabilitées, certaines transformées en plan d’eau, d’autres ont vu leur talus remodelé et replanté d’herbe ou d’espèces locales. Le paysage a pu alors reprendre son aspect initial.