Un chantier d’une ampleur inédite

publié le 20 novembre 2007 (modifié le 5 mars 2008)

 

Le chantier utilise des ressources de toute l’Europe

Vue actuelle du Salon de Diane du côté des Croisées
Vue actuelle du Salon de Diane du côté des Croisées
(cliché Art Lys, in Versailles de G. van der Kemp, 1978)

La construction du château de Versailles, par son ampleur, marquera une rupture avec les grands chantiers du Moyen-âge et de la construction des cathédrales.

Par la diversité de ses aspects et son ampleur inédite, le chantier de Versailles va nécessiter un approvisionnement en matières premières considérable. En 1662, Louis XIV ordonnera la réquisition de tous les matériaux et moyens de transport disponibles aux alentours du chantier, moyennant l’indemnisation des particuliers. Cette réquisition portera également sur la main d’œuvre et les possibilités d’hébergement de la région. Mais le chantier va faire appel à des ressources humaines et des compétences venues de toute l’Europe.

Tous les pays seront ainsi sollicités en fonction de leurs spécialités : l’Italie pour ses artistes et ses artisans d’art, la Hollande pour ses horticulteurs, etc...

Néanmoins, les techniques de construction restent rudimentaires et fort semblables aux chantiers du Moyen-âge. Les outils de base restent les pelles en bois, les pioches, les brouettes, les seaux, les bêches.