Une période de maturité à orientation multimodale

publié le 18 juillet 2012 (modifié le 19 juillet 2012)

 

logosetra_2012_cle55fa33.jpg  (nouvelle fenetre)
logosetra_2012_cle55fa33.jpg
 

Comme toute structure, l’organisation du Sétra a connu des évolutions variées au cours de son histoire. Toutefois, le décret du 9 juillet 2008 va marquer une étape décisive. Si son acronyme qui s’est installé comme une référence dans la communauté scientifique et technique demeure inchangé, sa signification va quant-à elle considérablement évoluer. Le service est littéralement recréé pour devenir le « service d’études sur les transports et leurs aménagements ». Un Sétra2 en quelque sorte.

Le Grenelle de l’Environnement venait de produire ses premières conclusions. Les transports ont été invités à réduire leurs bilans carbone et leurs infrastructures devaient démontrer une haute qualité environnementale. Le recours à l’adjectif « multimodal » agit maintenant comme une sorte de nouveau sésame qui ouvre la porte aux commandes et aux crédits, à la reconnaissance hiérarchique, à la bénédiction politique. Le Sétra s’adapte. Il se désenclave du monde routier, son fond de commerce historique, et reporte une partie de son expertise sur le ferroviaire. L’opération est audacieuse car même si ce secteur a politiquement le vent en poupe, l’expertise en matière de transport ferré demeure une chasse gardée de la SNCF que RFF (Réseau Ferré de France) est à peine arrivé à entamer en 15 ans d’existence !

  (nouvelle fenetre) En quelques mois, un nouveau projet de service voit le jour « Pour des transports et une mobilité durable », resserré sur quatre orientations majeures qui prennent en compte le périmètre devenu très large de notre ministère, dont le « É » signifie désormais « Écologie » :

  • la réduction de l’empreinte des transports terrestres en matière d’énergie, d’environnement et de santé ;
  • le développement d’une approche HQDD (Haute Qualité Développement Durable, concept qui a pris le relais du concept de HQE) sur le patrimoine d’infrastructures de transports ;
  • la promotion de l’intermodalité ;
  • l’amélioration de la sécurité des déplacements.

 

Christian Després,
Ingénieur en Chef des Ponts, des Eaux et Forêts