Valorisation énergétique et valorisation matière

publié le 1er novembre 2007 (modifié le 1er février 2008)

 

L’industrie cimentière économise les ressources énergétiques et valorise les déchets

Cuisson du ciment dans un four

Valorisation énergétique

Afin de diminuer sa consommation d’énergies fossiles non renouvelables qui, de plus, rejettent des gaz à effet de serre, l’industrie cimentière a mis en place différentes mesures :
·Améliorer les procédés existants afin de les rendre plus performants d’un point de vue énergétique.
·Remplacer une partie des combustibles fossiles par certains déchets, qui seront ainsi valorisés. S’ils n’étaient pas utilisés de la sorte, ils seraient éliminés par la voie de l’incinération traditionnelle, dont le rendement énergétique est plus faible.

Valorisation matière

Traditionnellement, l’industrie cimentière utilise 80% de calcaire et 20% d’argile pour fabriquer le ciment. Les cimentiers utilisent aussi depuis longtemps des produits de remplacement, sans aucune modification de la qualité du ciment.

C’est ce que l’on appelle la "valorisation matière". Elle consiste à utiliser des sous-produits d’autres industries comme compléments du calcaire et de l’argile. Il est par exemple possible d’utiliser des cendres volantes, issues des centrales thermiques.

Cette valorisation matière se fait de façon rigoureuse : une charte profession a été bâtie et des procédures d’acceptation d’un nouveau co-produit industriel, établies pour toutes les cimenteries. La valorisation matière contribue au développement durable en réduisant les prélèvements de matières premières.